Tout savoir pour obtenir rapidement un crédit professionnel

crédit

Il est parfois important de contracter un prêt professionnel pour créer une nouvelle entreprise ou pour développer une entreprise existante. Obtenir un capital pour créer une entreprise, rattraper des retards de paiement, investir dans de nouveaux équipements ou locaux…

Quelle que soit la cause de la demande de crédit commercial, il existe des options pour répondre aux demandes périodiques de trésorerie des entreprises.

Quels sont les types de prêts disponibles aux entreprises ?

Pour les dépenses imprévues, il existe différents types de crédit disponible. Pour l’instant, nous n’aborderons pas sur les prêts de trésorerie tels que les découverts autorisés et les facilités de caisse car il ne s’agit pas vraiment de prêts commerciaux.  Les possibles crédits professionnels sont :

– Une durée de crédit de trois ans maximum ;

– Une durée de crédit de trois à sept ans ;

– Une durée de crédit de 7 à 15 ans.

Qu’est-ce qui distingue le crédit professionnel des autres types de crédit ?

Êtes-vous un agriculteur, un artisan ou un chef d’entreprise ? Le crédit professionnel, ou emprunt professionnel, comme son nom l’indique, est un type de financement qui s’applique aux entreprises et aux sociétés. Un crédit professionnel permet aux entreprises qui manquent de fonds propres (c’est-à-dire d’argent) d’investir dans leur activité. L’argent emprunté peut être utilisé pour acheter/remplacer des équipements, financer un véhicule ou démarrer une activité. Il peut également être utilisé pour répondre aux besoins de trésorerie d’une entreprise. Un prêt commercial à moyen ou long terme peut être obtenu auprès d’une institution financière spécialisée.

Quel est le coût d’un prêt commercial ?

Il est déterminé par le taux annuel effectif global, ou TAEG, de la banque. Ce taux indique le coût total du prêt, y compris les intérêts (taux nominal), l’assurance, les frais de garantie et les frais administratifs. Le taux annoncé est généralement calculé sur une année. C’est le facteur le plus important à prendre en compte pour comparer les propositions de prêt !

Chaque banque fixe ses propres conditions, notamment en termes d’intérêts et de durée de remboursement, en fonction des risques encourus, des assurances de l’entreprise et de la santé du marché. Un contrat de crédit professionnel doit cependant toujours comporter le taux annuel effectif global. Ce dernier ne peut pas être supérieur au taux d’usure, qui est le taux maximum pouvant être pratiqué pendant une durée déterminée. La Banque de France fixe le taux d’usure, qui est actualisé tous les trimestres.

Quelles sont les conditions requises pour ce financement commercial ?

Vous devez donner des garanties ou des sûretés à l’établissement prêteur afin d’obtenir un prêt professionnel. On distingue les garanties personnelles et les garanties réelles. Les garanties de paiement offertes par un tiers ou une société spécialisée sont appelées garanties personnelles. On parle alors de cautionnement. Les garanties réelles, en revanche, désignent tous les biens mobiliers pouvant être mis en gage ou hypothéqués (comme une entreprise), ainsi que les biens immobiliers hypothéqués. Les garanties personnelles doivent être proportionnées aux biens et aux ressources du garant, en gardant à l’esprit que le garant est exclusivement responsable du bien promis. Le capital garanti, ainsi que les intérêts et autres dépenses, doivent être spécifiés dans le contrat de garantie.

Il convient de noter que l’institution financière est tenue de fournir des informations en double.

Si l’entreprise ne respecte pas ses engagements de remboursement, l’institution financière doit en informer le garant dans le mois qui suit l’événement. Le prêteur doit alors indiquer au chef d’entreprise la possibilité de recourir à une société de cautionnement ou de prendre une garantie sur un bien important pour l’entreprise, selon qu’il s’agit de garanties personnelles ou de garanties réelles non indispensables à l’entreprise.

Un prêt d’entreprise est plus risqué qu’un prêt personnel, son obtention n’est donc jamais assurée

Quelles sont les conditions applicables au financement professionnel par crédit ?

Un prêt professionnel peut être utilisé pour financer une entreprise, pour autant que l’entreprise ou la société soit conçue à des fins commerciales. Outre des garanties réelles ou personnelles, le prêteur demande fréquemment un apport personnel de 20 à 30% du coût de l’opération. Un autre critère fixé par le prêteur est que l’activité soit exercée de manière régulière. En d’autres termes, si votre entreprise est saisonnière, vous aurez plus de mal à obtenir un prêt commercial pour la financer.

Qu’en est-il des crédits de trésorerie ?

Comme indiqué précédemment, il existe deux principaux types de prêts de trésorerie qui peuvent être utilisés pour remplacer le crédit aux entreprises dans certains cas : les découverts autorisés et les facilités de caisse. Dans les deux cas, la banque autorise l’entreprise à disposer d’un compte bancaire débiteur pour une durée limitée. Cela lui permet de faire face à des problèmes de trésorerie à court terme, qui sont souvent dus à une inadéquation entre le fonds de roulement et les besoins en fonds de roulement.

Existe-t-il d’autres options que le crédit aux entreprises ?

Oui, notamment en ce qui concerne le crédit-bail. Il n’est pas un prêt et se distingue du crédit immobilier. Ce type de financement consiste pour l’entreprise à louer un bien (en l’occurrence, un véhicule, une machine ou du matériel informatique) auprès d’un concessionnaire par l’intermédiaire d’un organisme financier spécialisé. Ainsi, ce dernier, en tant que prêteur, fournit le financement en échange du paiement des loyers par l’entreprise.

La durée d’un contrat de crédit-bail est généralement déterminée par la période d’amortissement de l’équipement. Si une entreprise loue un véhicule, par exemple, à la fin du contrat, elle a la possibilité de : – de renouveler le contrat de location ; – de restituer le véhicule ; – de le racheter (et donc de réaliser un investissement commercial) avec ses propres fonds ou même un prêt commercial, selon le montant fixé dans le contrat.

Que faire si vous avez des difficultés à obtenir un crédit commercial ?

Lorsqu’une entreprise a des difficultés avec sa banque et ne parvient pas à obtenir un crédit professionnel, elle peut se tourner vers d’autres institutions comme BPI France, la Médiation du crédit ou la Banque de France.

Il y a quelques points à garder à l’esprit lorsqu’il s’agit du financement d’une entreprise.

– Destiné à l’investissement professionnel d’un groupe restreint d’entreprises.

– La banque peut demander des garanties réelles ou personnelles.

– Les prêts de trésorerie (pour combler l’écart entre le fonds de roulement et les besoins en fonds de roulement) ou le crédit-bail sont des options viables.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.